I. INTRODUCTION :

De nos jours, on peut constater la part importante que prend l’informatique dans notre société moderne.

Les professions paramédicales doivent s’équiper de logiciels spécifiques à leur profession pour faciliter les correspondances et transactions avec la Sécurité Sociale, sous peine de pénalité).

Des logiciels sont spécialement conçus pour les pédicures-podologues et ont deux intérêts majeurs :

- la gestion des donnée administrative

- la gestion podologique des patients

II. INTÉRÊT DE L’INFORMATIQUE DANS LA GESTION DES DONNÉES ADMINISTRATIVES :

- simplification des démarches administratives entres les pédicures-podologues et la Sécurité Sociale, par la mise en place de réseaux informatisés qui permettent le transfert d’information relatives aux règlements des actes et au suivi des dossiers des patients : impression des feuilles de maladie, lecture de la carte Vitale

- simplicité dans la gestion du cabinet, d’un point de vu comptable (recettes, dépenses…)

- simplicité dans la gestion du fichier patient

- rapidité et gain de place pour le stockage des données

II. INTÉRÊT DE L’INFORMATIQUE DANS LA GESTION DES DONNÉES PODOLOGIQUES :

- rapidité et gain de place pour le stockage des données (motif de consultation, pathologie, antécédents, appareillage, date des soins, évolution…)

- possibilité de référencer les patient en fonction de différents paramètres (pathologie), et cela permet ainsi d’effectuer des statistiques pour des études plus précises

- il existe également d’autres systèmes avec tapis de marche et capteurs qui permettent d’évaluer de façon très précise le comportement du pied en statique et en dynamique : podométrie électronique

- il existe même des logiciels qui aident au diagnostic, mais il faut faire attention de ne pas rentrer dans un schéma stéréotypé de traitement suivant la pathologie

III. CONCLUSION :

Ces systèmes présentent de nombreux avantages et sont de plus en plus performants. Actuellement, il y a une évolution de plus en plus vers Internet : facile d’accès, relations et échanges entre praticiens.

Mais, il faut faire attention à respecter le secret professionnel. De plus, les patients doivent donner leur accord pour être sur fichier